Les conférences organisées par la SAHIV en 2011

mise à jour le 14-06-2011

14 juin 2011 - Les cadrans solaires en haute-Bretagne


Par Jean-Paul Cornec et Pierre Labat

La Bretagne est riche en cadrans solaires anciens. Plus de 2000 y sont actuellement répertoriés sur l'ensemble des départements et bien d'autres restent à trouver. Ils découvrent aussi bien sur des édifices religieux que civils, publics (églises, Hotels de Ville) que privés (maisons, manoirs, châteaux, chapelles) et jusque dans les fermes les plus reculées. Embrassant une période de près de 450 ans, puisque les plus anciens remontent aux années 1550, ils se maintiennent jusqu'au milieu du XIXe siècle en tant qu'objets utilitaires. En effet la grande majorité des cadrans sont des objets simples et fonctionnels remplissant leur rôle premier : indiquer l'heure d'une façon sûre. Car si l'horloge est apparue très tôt dans l'Histoire, au début du XIVe siècle, elle restera pendant de nombreux siècles un instrument inexact, peu fiable, et de plus peu répandu. Jusqu'au début du XIXe siècle le cadran solaire sera la seule référence pour régler la marche de ces horloges, puisqu'à l'époque la seule horloge-étalon était le mouvement quotidien du Soleil que les cadrans traduisaient en heures régulières. Tombés dans l'oubli ils verront dans la deuxième moitié du XXe siècle une renaissance puisque l'on n'en jamais autant réalisé qu'à notre époque. Leur rôle a bien sûr changé : ce sont désormais des éléments décoratifs, artistiques ou éducatifs.