Les sorties organisées par la SAHIV en 2021

19 juin : sortie au Lou-du-Lac, église et château

La SAHIV est déjà venue au Lou, en septembre 2017, dans le cadre de l'excursion proposée par la SHAB qui tenait son congrès annuel à Montfort.

Si la situation sanitaire est enfin dégagée, nous vous proposerons une visite plus approfondie de l'ancienne église paroissiale Saint-Loup, qui remonte aux environs de l'an mil.

Nous explorerons également le château de 1657, acquis par la Société coopérative civile et immobilière Marie du Lou, chargée de son entretien et de sa restauration, l'association Chez Marie s'occupant quant à elle de faire vivre ce lieu un peu magique, en particulier en y rouvrant le café tenu par la famille de Marie Berthier de 1925 à 2014. Un pot vous sera offert à l'issue de ces visites.

 2021-06-19 - Le Lou-du-Lac

 

 

 

28 septembre, 14h00 : sortie à Bais et Carcraon

Visite de l'église Saint-Marse de Bais par Jean-Claude Meuret, puis de l'étang de Carcraon (communes de Moutiers et de Domalain), enfin du musée de l'outil créé par l'un de nos membres

 2021-09-28 - 1

Église paroissiale Saint-Marse de Bis, face sud (cl. Philippe Guigon, 7 novembre 2019)

 

 

13 avril : sortie foraine à Maxent (ancienne église, Philippe Guigon ; fouille du manoir de Bernohen, André Corre ; présentation du château des Haies, Bernard Leprêtre) ANNULÉE EN RAISON DU FICHU VIRUS !

   Les origines de Maxent sont à mettre en rapport avec l’exil des moines de Redon, vers 862-863, en raison du péril scandinave, in monasterio Sancti Salvatoris in plebe Lan. Le roi de Bretagne Salomon enrichit considérablement ce monastère, dans lequel lui-même, son épouse Wembrit et saint Conwoïon furent inhumés. L’ancienne église de la paroisse, détruite en 1898 en dépit des protestations de la Société archéologique, fouillée un siècle plus tard, était un sanctuaire insigne à l’architecture comparable à ses grands homologues de l’empire carolingien, en particulier grâce à un dispositif de déambulation autour du chœur abritant les reliques de saint Maixent [PG].

   Le Centre de recherches archéologiques du pays de Rennes (CERAPAR) a effectué en 2014 un sondage archéologique sur des anomalies microtopographiques de l’enceinte en terre de Bernohen, dans le bois de Maxent (en Plélan-le-Grand), d’une superficie d’environ 5 000 m² et mentionnée seulement vers 1620. Il a été mis au jour un ensemble de bâtiments et de cours, ainsi qu’un intéressant mobilier céramique. L’organisation, la nature de ces bâtiments autour d’une cour centrale et les éléments de mobilier recueillis sont caractéristiques d’un habitat aristocratique des XIIIe-XIVe siècles [AC].

   Depuis 2018, le CERAPAR réalise des recherches (archéologie du bâti et études d’archives) sur le domaine des Hayes, qui comprend un château et son environnement (cour, colombier, vivier, bâtiments annexes, jardins et avenues), réalisés à partir de 1680 par les Gentil avocats au parlement. En outre, des métairies du XVIIIe siècle alentour, Le Prélouais et Lesquinay, sont à l’origine des manoirs, dans des enceintes de la fin du Moyen Âge. L’état de conservation remarquable de ces ouvrages permet d’illustrer l’évolution d’un patrimoine bâti allant du XVe à la fin du XIXe siècle [BL].

 2020-04-07 - 1 (Maxent, plan de lancienne église)

 Maxent, plan de l'église du IXe siècle (fouilles Philippe Guigon)

 2020-04-07 -  2  (Maxent, Bernohen)

Plélan-le-Grand, manoir de Bernohen (cl. André Corre)

2020-04-07 - 3  (Maxent, Les Hayes)

Maxent, château des Hayes (cl. Bernard Leprêtre)