Les sorties organisées par la SAHIV en 2020

20 juin     SORTIE ANNULÉE EN RAISON DU FICHU VIRUS !

Excursion à Ancenis

2020-06-20 - Sortie Ancenis

 

8-12 septembre

Congrès du centenaire de la SHAB à Rennes (Les Champs libres)

Entrée libre et gratuite

 

novembre

Colloque sur le tricentenaire de l'incendie de Rennes en 1720 (Les Champs libres)

 

7 avril     SORTIE ANNULÉE EN RAISON DU FICHU VIRUS !

Sortie foraine à Maxent (ancienne église, Philippe Guigon ; fouille du manoir de Bernohen, André Corre ; présentation du château des Haies, Bernard Leprêtre)

   Les origines de Maxent sont à mettre en rapport avec l’exil des moines de Redon, vers 862-863, en raison du péril scandinave, in monasterio Sancti Salvatoris in plebe Lan. Le roi de Bretagne Salomon enrichit considérablement ce monastère, dans lequel lui-même, son épouse Wembrit et saint Conwoïon furent inhumés. L’ancienne église de la paroisse, détruite en 1893-1898 en dépit des protestations de la Société archéologique, fouillée un siècle plus tard, était un sanctuaire insigne à l’architecture comparable à ses grands homologues de l’empire carolingien, en particulier grâce à un dispositif de déambulation autour du chœur abritant les reliques de saint Maixent [PG].

   Le Centre de recherches archéologiques du pays de Rennes (CERAPAR) a effectué en 2014 un sondage archéologique sur des anomalies microtopographiques de l’enceinte en terre de Bernohen, dans le bois de Maxent (en Plélan-le-Grand), d’une superficie d’environ 5 000 m² et mentionnée seulement vers 1620. Il a été mis au jour un ensemble de bâtiments et de cours, ainsi qu’un intéressant mobilier céramique. L’organisation, la nature de ces bâtiments autour d’une cour centrale et les éléments de mobilier recueillis sont caractéristiques d’un habitat aristocratique des XIIIe-XIVe siècles [AC].

   Depuis 2018, le CERAPAR réalise des recherches (archéologie du bâti et études d’archives) sur le domaine des Hayes, qui comprend un château et son environnement (cour, colombier, vivier, bâtiments annexes, jardins et avenues), réalisés à partir de 1680 par les Gentil avocats au parlement. En outre, des métairies du xviiie siècle alentour, Le Prélouais et Lesquinay, sont à l’origine des manoirs, dans des enceintes de la fin du Moyen Âge. L’état de conservation remarquable de ces ouvrages permet d’illustrer l’évolution d’un patrimoine bâti allant du XVe à la fin du XIXe siècle [BL].

2020-04-07 - 1 (Maxent, plan de lancienne église)

Maxent, plan de l'église du IXe siècle (fouilles Philippe Guigon)

2020-04-07 -  2  (Maxent, Bernohen)

Plélan-le-Grand, manoir de Bernohen (cl. André Corre)

 2020-04-07 - 3  (Maxent, Les Hayes)

Maxent, château des Hayes (cl. Bernard Leprêtre)